Les doutes d’une doula…

ventre-isa

Parfois, je me demande si je suis à ma place.

Est-ce que le soutien que je tente d’apporter aux parents accompagnés leur convient? Est ce que je suis dans le juste ou complètement à coté de la plaque? Est ce qu’être doula est ma place?

Chaque fois, chaque nouvel accompagnement, chaque rendez vous, je me remets en question. Aurais-je du dire ceci, aurais-je du taire cela… Quel est le bénéfice pour ces mères, ces pères en face de moi….

C’est si difficile quand on travaille dans l’humain, dans le soutien émotionnel de savoir si on fait comme il faut pour CES  personnes là,  que souvent je me sens perdue.

Pas lors des rendez vous, mais seule, après. Et souvent, la remise en question vient après une naissance. Surtout quand elle ne s’est pas déroulée comme la famille l’aurait souhaitée.

Jamais je ne me pose la question de savoir ce que moi j’aurais choisi ou fait en tant que mère, car ce n’est pas mon histoire et je sais que leurs décisions de parents sont justes et bonnes pour eux. J’ai toujours toute confiance dans ces parents accompagnés. C’est parfois en moi que je manque de confiance, j’ai si peur de mal faire.

La grossesse, la naissance, ce sont des moments intimes, initiatiques et uniques. On ne peut pas faire un retour rapide pour recommencer, la rencontre avec son enfant, la vraie, elle n’a lieu qu’une fois. Alors, je n’ai pas le droit à l’erreur dans le soutien que je tente d’apporter.

Et la place que je prends, ou plutôt, celle qu’on m’accorde lors des accouchements est décisive.

Si l’équipe médicale m’est hostile, n’est ce pas préférable que je me retire, de manière à éviter aux parents le climat de stress ?
En même temps, pourquoi devrait-on se trouver dans cette tension nerveuse? Je ne suis pas là pour prendre la place des merveilleuses sages femmes, elles font un travail extraordinaire, dans un contexte souvent très difficile, avec des conditions de travail exténuantes.

Le but, c’est toujours de travailler ensembles, main dans la main pour ce couple qui va rencontrer son enfant et devenir une famille. Alors, comment trouver sa place quand on ne souhaite pas nous la donner, quand ceux avec qui on devrait œuvrer ne veulent pas de nous ?

Bien sur, ce n’est pas toujours le cas, parfois, des équipes nous sont favorables, comprenant que nous ne sommes pas en compétition mais bien en complémentarité. Mais même à ce moment, est ce que je fais bien? Mes gestes sont-ils justes ? Le père est-il satisfait de ce que je tente de lui transmettre pour qu’il soutienne sa femme ? Est-ce que j’arrive à aider ces parents à se sentir acteurs de cette naissance ?

Souvent, je demande aux parents leurs impressions, mais j’ai parfois la sensation que me dire les points négatifs leur est difficile. Alors, parents accompagnés, si vous me lisez, n’hésitez jamais car vos critiques nous permettent d’avancer dans notre pratique.

Aujourd’hui était une journée de questionnement. Parfois cela fait du bien, ça me permet aussi de dresser un bilan de mon chemin de doula, qui est aussi un chemin de vie.

Une doula, c’est aussi ça je pense : se remettre sans cesse en question et ne jamais tenir sa place pour acquise. Je ne sais pas combien de temps je continuerais à être doula.

Mais le jour ou je ne me poserais plus aucune question, je crois que j’arrêterais car j’aurais perdu l’étincelle, la passion et l’amour de ce métier.

Le jour ou je ne me demanderais plus si je suis une bonne doula, c’est que je ne serais plus doula…







Rendez-vous sur Hellocoton !

24 Commentaires sur Les doutes d’une doula…

  1. Moi c'est pas pareil!!
    18 mars 2008 at 6 h 38 min (10 années il y a)

    Bonsoir! Comme tu le dis, les doutes nous permettent de constater qu’on est au coeur de ce que l’on fait et qu’on y accorde tellement d’importance et d’attention, qu’on se préoccupe de son efficacité personelle. On ne se pose pas ces questions quand on est blasé et dépassionné, limite indifférent. Restez sur des acquis n’a jamais permis d’éviter les erreurs. Je reviens chez toi et j’ai un peu plus parcouru ton blog cette fois. Je dois te dire que j’aime beaucoup, oui, je l’aime bien moi, ce blog, et la tenancière a l’air charmante! à bientôt, So

    Répondre
  2. princessevarda
    18 mars 2008 at 7 h 40 min (10 années il y a)

    je crois que dans tout ce qu’on entreprend, pour peu que ça nous tienne à coeur, on se demande toujours si on le fait bien. Ca me semble tout à fait naturel et sain de douter, de se remettre en question. J’aurais tellement voulu que tu suives ma seconde grossesse, j’aurais tellement aimé avoir un soutien moral et professionel pendant mon accouchement, si seulement, je t’avais retrouvée avant. Je pense que tu fais bien, Claire, et tu le dis très justement, le jour où tu ne te poseras plus de question c’est que tu seras blasée, lassée, fatiguée, et que ça ne vaudra plus la peine de continuer. Si vraiment ces questionnement t’empêchent de dormir, vois si les gens te rappellent, font du bouche à oreille ou te remercient spontanément, ce sont je crois des preuves qu’on tient la route….

    Répondre
  3. Francine
    18 mars 2008 at 8 h 53 min (10 années il y a)

    Je voulais juste te dire Claire que comme toi cela m’arrive très souvent de me demander quelle est ma juste place. Quand on nous barre l’accès en salle de naissance alors que la mère supplie, quand le père ne veut pas être là ou tout simplement quand la mère demande sans cesse « et toi tu ferais quoi? »… il y a des moments on essaie mais le doute s’empare de nous. J’ai beau avoir fait maintenant assez de formations et d’accompagnements pour être à l’aise dans mes Crocs (chaussures moches tres bien pour doula by the way) quand en face on questionne ta legitimité en salle de naissance je vascille, je tangue et je m’accroche. Il y a des jours ou je suis fatiguée de me battre, des jours ou je me demande ce que je fais là… Mais quand on m’appelle pour me dire mille fois merci généralement j’oublie… jusqu’a la prochaine fois! Finalement je me dis qu’on fait deux choses à la fois et que c’est pour ça que c’est si fatiguant: on est doula, mais tel le navire qui veut trouver les Amériques on ouvre la voie pour les autres derrière et c’est très très éprouvant…

    Répondre
  4. bestiol2
    18 mars 2008 at 10 h 52 min (10 années il y a)

    Oui, c’est normal de se questionner (sauf comme moi, quand ça va jusqu’à faire cocote minute, faut pas!! ;))) c’est un bilan, un repositionnement…alors je rectifie de suite, pour ma part non, je n’ai pas de points négatifs à formuler pour l’accompagnement que tu m’as apporté et m’apporte encore (parce que oui, meme 5 mois après avoir accouchée, j’appelle encore Claire régulièrement ^^ tu a été, et restera à jamais MA doula en plus d’être mon amie!) crois bien que si tu m’avais déçu, d’une quelconque façon que ce soit, j’aurais trouver les mots pour te dire ce qui n’allait pas…j’ai pris ce que je voulais dans ce que tu as bien voulu m’apporter, je t’ai écouté tout en me faisant ma propre idée, tu as répondu à toutes mes attentes…j’apprécie le fait qu’on n’ai pas toujours eu besoin de parler pour se comprendre: le jour de l’accouchement par exemple, on n’a pas vraiment beaucoup parlé, ta présence m’a suffit, j’avais besoin de toi et tu étais là, ta douceur, tes mots juste et ta capacité a être à la fois en retrait et disponible! bref, pour moi tu es une doula géniale et je continue de parler de toi et de donner tes coordonnées à qui le veut bien ^_^

    Répondre
  5. petitefleurquigambade
    19 mars 2008 at 8 h 10 min (10 années il y a)

    claire, je trouve aussi tres sain ces questionnements figure toi que je connaissais l’existence des doulas et leur rôle fondamental, mais que je n’y avais jamais songé pour moi même …. et là, alors que si je fais un autre bébé je ne serais donc plus une primipare, ben je me demande de + en + si ce coup ci je ne ferais pas appel à …. enfin à condition de trouver la bonne personne à marseille ….. bon j y suis pas encore hein !!! 😉

    Répondre
  6. Claire/Jellylorum
    19 mars 2008 at 12 h 36 min (10 années il y a)

    OUps, je ne cherchais pas à entendre que je susi une bonne doula 🙂 Mais ça fait néanmoins très plaisir. @ Bestiol, ça a été pour moi et ça reste non seulement un moment d’une intensité inoui d’etre à vos coté pour la grossesse et la naissance de Saya, mais aussi un très grand honneur. C’est toujours un honneur d’être la doula d’un couple, mais ça prend une autre dimension lorsqu’il s’agit de gens qu’on aime. Alors, tes mots me touchent particulierement. @ Francine, je te rejoinds totalement. que c’est difficile émotionnellement et physiquement d’être celles qui ouvrent les portes alors qu’on tente de nous les garder fermées… Bises ma belle! @ Varda, j’ai la chance d’avori accompagné des personnes formidables qui en plus ont souvent accepté d’etre la proie des jorunalistes. Ils ont alors dit tout plein de choses adorables sur moi. Mais que veux tu, le doute reste en moi… N’aurais je pas pu faire plus? Mieux? En tout cas, je susi très triste de ce que tu as vécu pour la naissance de ton fils… Ce n’est pas normal, ce n’est pas juste! @ Moi c’est pas pareil, mille fois merci pour tes mots. Reviens quand tu le souhaites. Quand à moi, je vais continuer à prendre le temps de visiter petit à petit ton blog qui m’a semblé fort attractif aussi!

    Répondre
  7. Miliebio
    21 mars 2008 at 7 h 57 min (10 années il y a)

    Oui, il est très sain de se poser des questions. S’il n’y a pas de questionnement, c’est qu’on est trop sûr de soi, et ce n’est jamais bon. C’est grâce aux doutes qu’on progresse…

    Répondre
  8. Claire/Jellylorum
    23 mars 2008 at 12 h 55 min (10 années il y a)

    @ Petitefleurquigambade, je sais que pour bb3(enfin bb6 avec les fausses couches), je ne me priverais encore pas du soutien d’une autre femme à mes cotés 🙂 Et proche de chez toi, je connais une formidable doula 🙂 @ Miliebio, je pense aussi que se remettre en question est sain (du moment qu’on n’arrive pas au stade prise de tete lol)

    Répondre
  9. Titemaman
    10 avril 2008 at 2 h 31 min (10 années il y a)

    Ma chère Doula, je considère que j’ai eu beaucoup de chance de t’avoir à mes côtés pour ma fin de grossesse et une partie du travail me menant vers ma fille. Tu as su écouter mes peurs, m’accompagner vers plus de confiance en mes capacités de femme à donner la vie, et me soutenir dans mes choix. Tu as su également être le roc dont nous avions besoin mon mari et moi dans les embuches rencontrées, et tu as fais preuve d’un devouement sans borne quand après l’accouchement, épuisée, j’avais besoin d’aide. MERCI pour tout Claire, tu resteras à jamais indissociable de l’arrivée de ma petite fée dans ma vie.

    Répondre
    • Claire
      Claire
      10 avril 2008 at 2 h 31 min (10 années il y a)

      Titemaman, tes mots me touchent énormement. La grossesse et la naissance de Melluna ont été des moments incroyables pour moi, ou j’ai eu l’honneur de voir une puissance phénomémale se degager de toi. Tu as été puissante, vraiment…. Et pour l’après, tu as su prendre les bonnes decisions, malgré les difficultés, tu as su relancer un allaitement qui semblait moribond.. Bravo!

      Répondre
  10. Nat
    14 avril 2008 at 11 h 12 min (10 années il y a)

    Bonjour, je suis admirative de votre joli blog que j’aurais plaisir à venir découvrir souvent ! Avez-vous pensé au Doppler Foetal Angelsounds de http://www.miaperla.com pour écouter votre bébé in utero à deux avec votre moitié !! A la maison, dans une atmosphère détendue et confortable, écoutez votre bébé à 2, les battements de son coeur (très rapides), les mouvements de ses bras et ses pieds ou son tout premier hoquet ! Angelsounds amplifie les bruits du bébé dans le ventre de sa maman: http://www.miaperla.com . Désormais vous pourrez entendre votre bébé dès qu’il commencera à bouger. C’est vraiment super et que du bonheur

    Répondre
  11. LACIGALEDELEST
    25 avril 2008 at 3 h 47 min (10 années il y a)

    Si j’avais une doula près de chez moi, et que l’on me donnait le choix entre la prépa à l’accouchement, et le suivi d’une doula, sans hésitation j’aurais choisi la doula. Les cours étaient trop théoriques, je n’ai rien appris, et ce qui m’a manqué, c’est ce contact avec une femme qui est déjà passée par là, rassurante, attentive et complice,tout en étant un peu à l’écart. Bref, le juste milieu. Alors, si un jour tu es assaillie de doutes, penses à ces femmes que tu as soutenue, rassuré. Bises

    Répondre
    • Claire
      Claire
      25 avril 2008 at 3 h 47 min (10 années il y a)

      Lacigaledelest: merci beaucoup de ton com… ll y a très certainemet une doula proche de chez toi (enfin, surement, c’est vrai qu’il n’y en a pas partout…). Je suis convaincue de bénéfice d’avoir cet acompagnement.. C’est simplement que parfois, je me demande si ej fais bien ce qu’il faut… Si je suis une bonne doula…

      Répondre
  12. LACIGALEDELEST
    28 avril 2008 at 2 h 27 min (10 années il y a)

    Si tu as l’humilité de te poser la question si tu es une bonne doula, alors ne cherches pas: tu es une très bonne doula! Se poser la question, c’est prendre le risque de se remettre en question, et ça c’est GRAND!

    Répondre
    • Claire
      Claire
      28 avril 2008 at 2 h 27 min (10 années il y a)

      Lacigaledelest, j’espere en tout cas ne pas etre une mauvaise doula. Je les aime beaucoup les mamans que j’accompagne…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *