Flodial ou comment j’ai rencontré l’homme de ma vie grâce à une messagerie rose…

Attention,non nous ne sommes pas des tordus qui passons notre temps sur des chats tendancieux.. Et Cedric n’a à ma connaissance jamais fureté sur des messageries roses.

Mais moi, j’y ai travaillé.

C’était durant mes études de cinéma (et ouiiiii, dans une autre vie, j’étais monteuse vidéo pour des émissions télé), je cherchais du travail ou les horaires soient aménagés et j’ai trouvé un super job !? : animatrice sur une messagerie rose.

A l’époque (pourtant pas si lointaine, suis pas si vieille que ça), ce n’était pas encore l’avènement d’internet, mais les messageries téléphones étaient légion.

Driben, Peter Pin up en bikini rouge, surprise au téléphone, réalisée pour la couverture du magazine Whisper, mars 1949. Huile sur panneau. Signée en bas à droite. Crédit : Peter DribenÇa se passait comme les messageries roses minitel : tu appelais un numéro (surtaxé grave, mais il y avait une ligne spéciale pour les filles, en non surtaxé), tu enregistrais vocalement ton pseudo et tu écoutais le déroulant des pseudos connectés. Lorsque tu voulais envoyer un message à un pseudo, tu tapais étoile en l’entendant et tu enregistrais ton message. L’autre était prévenu, il écoutait ton message de suite et choisissait ou non de te répondre.

C’était en temps réel. Bien sûr, le but était de faire rester les gens le plus possible, et de les faire revenir. Et bien sûr, il n’était pas censé y avoir des hôtesses, qui étaient là pour dire aux hommes principalement ce qu’ils voulaient entendre et les inciter à devenir des habitués.

Mais pourtant, nous étions là, dans ce minuscule bureau près du Trocadéro. Trois toutes petites pièces avec des téléphones (en général, il y avait 2 animatrices plus la responsable, sauf la nuit).

J’ai été engagée en octobre 1994. Très vite, je me suis prise au jeu, comme nous toutes. Il n’y avait pas que des obsédés, loin de là, qui téléphonaient. Beaucoup de personnes qui se sentaient seules, des agents de sécurité qui travaillaient de nuit, des hommes, des femmes, des jeunes, des moins jeunes. Des personnes adorables et des gros dégueus.

On travaillait par tranche de 2 heures pour que les animatrices tournent et que ce ne soit pas toujours les mêmes. Et la nuit, c’était 8h, de 22heures à 6 heures du matin.

On changeait de personnage, de pseudo, de voix. J’avais Diane la chasseresse, avec sa voix hyper grave, Rosy, l’étudiante blonde à 1 neurone, la « Rien que pour ton corps » qui poussait des gémissements orgasmiques et ma principal, Pauline, qui en fait était moi.

En janvier, je suis passée responsable, pour que celle qui était déjà responsable fasse des journées moins longues. Je me suis mise à travailler à temps plein, je sortais des cours de ciné à 13h, et je commençais à 16h, jusqu’à 22h la semaine et de 10 à 20h le samedi.

Là ba, j’ai fait la connaissance de personnes formidables : dans les animatrices et dans les habitués.

Certaines animatrices sont devenues de vraies amies. Il y a Karine bien sur, ma poupoule, avec qui on ne s’est jamais perdu de vue. Varda, que j’ai perdu de vue quelques années puis retrouvée il y a peu grâce à Copains d’Avant (décidément, je vais le faire cet article dessus !!). Cécile qui était l’autre responsable et à qui j’ai sous loué par la suite un appart sur Paris durant quasi 2 ans. Claire qui a été ma cop’s de débauche lors de mes sorties noctambules à la Loco…

Evidemment, il nous était interdit d’établir un contact direct avec des personnes qui appelaient la messagerie. Et évidemment, nous le faisions toutes.

Et évidemment, des histoires d’amour ou d’amitiés se sont créés. Je me souviens avec tendresse de garçons adorables qui ont comptés pour moi : Fred, le pompier RER à Nation, David, le régisseur théâtre, pour qui j’ai eu des sentiments très forts et à qui j’ai fait du mal alors que c’était un garçon merveilleux, Jim, l’ami fidèle et mythomane qui m’a apporté des medocs alors que j’étais à l’agonie, avec qui on s’appelait à 4h du mat et qui me faisait tellement rire, Nordine que j’ai rencontré alors que je ne travaillais plus la bas mais que j’appelais encore, qui a lui aussi toujours été là. Si vous me lisez, j’aimerais tant savoir comment vous allez et si vous êtes heureux.

Il y a eu des drames aussi. Les attentats de St Michel se sont déroulés durant cette période, et le premier pompier RER a être sur les lieux étaient un habitué, qui sortait avec une des animatrice, Céline (Amandine de son pseudo).

Cécile, l’autre responsable est morte en 1999 en se tuant à moto, laissant un petit garçon de 2 ans.

Mais grâce à ce travail, j’ai connu mon mari.

Comment ? Et bien, en 1998, mon amie Karine (qui était là à mon mariage, et dont j’ai été la doula) qui savait que je cherchais du travail m’a proposé de laisser un CV dans la boite de production dans laquelle elle travaillait. J’y ai travaillé à partir de février 1999.. Et Cedric y était…

Et voilà… Merci Flodial, merci ma poupoule.

Je n’oublierais jamais cette période de ma vie, qui m’a apporté confiance en moi, et m’a appris tellement sur la nature humaine. On a beaucoup ri, on a connu plein de monde. Si certaines anciennes passent par là, qu’en retenez vous ?

Peut être vous parlerais-je plus de certains fous furieux qui passaient dessus une autre fois?







Rendez-vous sur Hellocoton !

10 Commentaires sur Flodial ou comment j’ai rencontré l’homme de ma vie grâce à une messagerie rose…

  1. princessevarda
    22 février 2008 at 1 h 45 min (11 années il y a)

    Tu viens de faire remonter pleins de chouettes souvenirs à la surface. Ce tout petit local ou on a tellement ri, la musique qu’on écoutait, les pizza hut qu’on commandait la nuit, ce 14 juillet où les agents qui bloquaient la rue à cause du feu d’artifice on bien du se demander quel était ce boulot où une fille différente arrivait toutes les 2 heures. C’est là bas que j’ai su une nuit de boulot(avec Karine)que Chirac avait été élu. J’étais Clémentine, principalement mais aussi la fille du soleil ou Jennifer, la mannequin en couverture de 20 ans (je viens d’apprendre que 20 ans n’existe plus!) qui parlait avec un accent anglais. Certains habitués m’ont écrit des poèmes, d’autres voulaient me fouetter avec des spaguettis! J’ai rencontré Michel, le quadragénaire qui fumait des Malboro, Jim le mythomane avec qui j’ai eu une courte histoire et à la belle époque des couples animatrice/pompier du RER, j’ai rencontré le père de mon premier fils. J’ai su pour Cécile, tu m’avais mise au courant. As tu des nouvelles de son petit et de son amoureux? Embrasse fort Karine pour moi. Merci pour ce fidèle récit, ça fait déjà presque 15 ans mais je m’en souviens non sans émotion, comme si c’était hier….

    Répondre
  2. bestiol2
    22 février 2008 at 12 h 01 min (11 années il y a)

    j’te vois bien en Diane la chasseresse!! mdr ^^

    Répondre
  3. Vanessa
    24 février 2008 at 12 h 27 min (11 années il y a)

    C’est drôle ton histoire, car j’ai moi-même été animatrice de minitel rose. 3 semaines, je n’ai pas tenu plus longtemps, et je bossais à la maison, mais j’ai connu des personnes très sympas lorsque j’allais au siège où se trouvait la plupart des animateurs. Car en fait j’ai connu cette boite à travers un job, j’étais assistante dans une boite de pub qui faisait de la pub pour les minitels roses. La boite a déposé le bilan un mois après et j’avais lié quelques relations avec certains animateurs et animatrices. Ensuite, lorsque je me suis retrouvée au chomage, j’ai trouvé ce boulot en attendant. J’ai connu une animatrice qui a connu son mari par la suite sur le minitel. Je n’ai pas gardé de contact. C’est dommage… Merci pour ce billet très sympa

    Répondre
  4. Claire/Jellylorum
    24 février 2008 at 12 h 57 min (11 années il y a)

    @ Bestiol, hihihi, c’etait pas celle qui revenait le plus. @ Varda, je n’ai aucune nouvelle de la famille de Cécile. Je n’ai pas eu le courage d’en prendre, je l’avoue… Je me rappelle bien des pizzas, perso je les faisais réchauffer sur la plaque de la cafetiere lol. Et Michel, arghhhhhhh que j’ai rencontré sans le savoir et qui sortait avce uen anim de 20 ans de moins que lui…. @ Vanessa, c’est vrai que c’est une période très sympa…

    Répondre
  5. Karine
    6 avril 2008 at 4 h 07 min (11 années il y a)

    Aaaah, Floadial, que de souvenirs effectivement… Sans cette epérience, nous ne nous serions jamais connues… Et je n’aurais jamais perdu ma virginité avec ton meilleur pote! 🙂 MDR Je suis tout de même ravie d’avoir contribué un petit peu à ton bonheur et celui de Cédric.

    Répondre
    • Claire
      Claire
      6 avril 2008 at 4 h 07 min (11 années il y a)

      Ah ma poule, je me souviens de tout (y compris de la boite de sardines……). Et c’est vraiment grace à toi que j’ai rencontré Cedric 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *