Tamara, un film poids plume

Hier soir, avec ma copine Natou du blog The Crazy Soprane, nous avons assisté à l’avant première du film Tamara qui sort aujourd’hui. Et comment dire….

A l’origine de ce film, une BD franco-belge, scénarisée par Zidrou, dessinée par Darasse et éditée chez Dupuis sur une lycéenne grosse mais bien dans son époque, bonne copine, avec de la répartie, et une trentaine de kg en trop. Mais aussi une famille recomposée délirante, un petit ami chilien, bref, un personnage haut en couleur.


tamara

Alors bon, quand j’ai vu la bande annonce du film, j’ai légèrement craint le pire… Déjà parce que l’actrice, Héloïse Martin me paraissait bien menue et puis parce que j’ignorais totalement que Rayane Bensetti était chilien et très basané….

Alors, je n’ai rien contre Rayane, sur qui je ne crache pas, sauf s’il le demande (Rayane, si tu me lis….), mais force est de constater que même s’ils l’ont bronzé un peu plus que d’habitude, il n’a rien à voir avec le DIego hirsute et mal coiffé de la BD.

Et ce n’est pas le seul personnage a être éloigné de l’original. La jeune actrice Héloïse Martin n’a rien de la Tamara d’origine (à part vaguement le pull qu’elle porte au début du film, histoire de). Et le must, c’est quand même ce tweet:

twitttamara

AHAHAHAHAHAH, mais c’est GENIIIIIAL ça, il n’existe donc pas d’actrice grosse pour ce rôle en France (ou en Belgique, puisque c’est une copro).

Bah non, n’oublions pas que le gras, c’est moche, c’est dégueu, et ça fait pas bien pour la promo, autant avoir une actrice qui a vite reperdu tous ces vilains kilos (beurk, pas beaux les kg).

Ça va ein, on dit se battre contre les complexes et les clichés, délivrer un message avec ce film (c’est pas moi qui le dit, c’est l’équipe, hier encore, lors de la présentation), mais faut pas pousser, on va quand même pas prendre des vrais moches ou gros.

Alors, même si j’aime bien voir ce mélange de populasses, comme la bande de putasses du lycée, très United Colors of Benetton, genre « connasses de toutes origines, unissez-vous », je dois dire que je ne partais pas d’un bon pied pour voir ce film.

Et je n’ai pas été déçue… A défaut de message, on a une succession de clichés, très bluette américaine, y compris la poursuite dans l’aéroport (ils ont osé, putain, je pensais que depuis Love Actually, on avait arrêté). La fille dont tout le monde se moque choppe le plus beau gosse du lycée (et y a pas à tortiller du cul pour chier droit, Rayane, il envoie du pâté), elle sort de sa carapace (évolution vestimentaire obligatoire), bref, rien de nouveau, on en a vu 200 comme ça qui font croire aux ado que les contes de fée existent (alors que soyons sérieux, naaaaan).

Comme si, en plus, avoir des complexes était juste pour les grosses (ou vaguement enrobées en ce qui concerne ce film), comme si le lycée, c’était pas l’enfer pour tous, et comme si tout s’arrangeait en 2 coups de cuillères à pot.

Et surtout, comme si on pouvait pas être ronde, bien dans ses baskets, et populaire….

Breeeeef, je ne suis pas partie objective, je le concède, tellement énervée par ce côté « on délivre un message aux familles, mais on lisse bien le tout parce que quand même faut faire dans le politiquement correct ».

Alors, je ne vais pas vous mentir, j’ai quand même passé un bon moment, car le film en lui même est sympa si on le prend pour ce que c’est: un simple divertissement, sans prise de tête, sans message universel, et surtout, SANS LA BD! N’attendez rien de plus, niveau militantisme, faut oublier.

Beaucoup de répliques sont bien tournées, de nombreux perso sont très drôles, les acteurs sont bons et s’amusent, et nous avec. Oui, j’ai bien ri.

En conclusion, si vous y allez pour découvrir la BD en film, pour voir la « revanche d’une ronde », oubliez… Mais si vous êtes prêt à déconnecter votre cerveau et voir le film  de Alexandre Castagnetti pour ce que c’est vraiment, à savoir un produit cinématographique sans autre but que faire rire, allez-y.





Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *