Arrêter d’être son pire ennemi

Mince, grosse, ronde, maigre, peu importe, on a toutes des complexes. Sauf que notre pire ennemie, c’est nous. Arrêtons de nous faire du mal!

« Je suis tellement moche »

« Je ressemble à rien »

« J’ai le QI d’une huître »

Dégueulasse, truie, baleine, conne, minable, on a tellement de qualificatifs pour nous cataloguer. Et toujours très sympathiques, bien évidemment.

Souvent, on a peur du regard des autres, donc on ose pas, on « assume » pas comme beaucoup disent. Comme si c’était un exploit ou un challenge de vivre avec soi. Mon meilleur ami m’a dit un jour (mais il ne s’en rappelle pas parce qu’on avait encore dû picoler trop de mojitos: « Moi, c’est la personne avec qui je devrais toujours vivre, alors autant que je m’entende bien avec moi même ».. Je pense qu’il a tout résumer. Vivre avec soi, s’aimer, arrêter de se dénigrer sans cesse.

Parce qu’on a beau craindre les critiques des autres, se cacher des regards, en réalité, personne ne sera aussi odieux avec nous même que… nous même.

Nous sommes notre pire ennemi.

Il ne se passe probablement pas un seul jour sans qu’on ai une parole ou une simple pensée négative à notre sujet. Tout est bon à réflexions dédaigneuses. Notre physique, notre intelligence, notre savoir faire, nos idées… Nous ne sommes jamais assez bien pour nous.

pireennemi

Ce qui nous empêche de sortir avec cette tenue de peur que les autres nous jugent, ce qui nous empêchent de tenter le coup avec cette personne parce qu’elle est beaucoup trop bien pour nous, ce qui nous empêche de viser ce super job parce qu’on est trop nul, ce n’est pas le péquin moyen qui passe dans la rue. Lui, il s’en fout. A la rigueur, il va vous trouver jolie. Au pire, il ne vous verra pas, trop occuper à penser à ses propres complexes, à sa vie. Ça n’est que nous. Toujours nous.

« Oui mais toi tu es belle »

Pourquoi trouvons-nous cette fille sublime et nous à chier alors qu’on est plus mince et plus en adéquation avec les critères de beauté de la société (même si je les vomis)? Pourquoi voyons nous la beauté, l’humour, l’impertinence, l’éclat chez les autres, et pas chez nous?

Pourquoi, mais pourquoi n’avons pas pour nous-même l’indulgence que nous accordons aux autres?

Dove avait fait un film très juste à ce sujet, que je vous invite à regarder si vous ne le connaissez pas. Il est tout à fait éloquent sur ce que nous nous faisons subir.

Se faire du bien

Et si on décidait d’arrêter de se faire du mal et d’être ami avec nous-même? Chaque jour, ayons un moi gentil à notre sujet. Complimentons-nous, comme nous savons complimenter les autres. Parce que nous le valons bien, bordel de merde. Devenons ami avec nous-même, ça nous changera la vie.

pireennemi2

PS: en écrivant cet article, je parlais à un ami qui me dit « Bha si je suis celib c est qu il y a bien un truc ! Soit je suis trop con , soit je suis trop moche ,ou les deux ». Comme quoi, ça vaut pour les filles ET les garçons.





Rendez-vous sur Hellocoton !

7 Commentaires sur Arrêter d’être son pire ennemi

  1. La Fabrique éclectique
    8 décembre 2015 at 9 h 26 min (2 années il y a)

    Eh bien voici un article qui fait du bien en ce mardi matin pluvieux (chez moi…)
    J’avais hâte de le lire et il est très juste. Et sache une chose : tu es magnifique ! Voilà… non parce que ça fait du bien aussi de le dire aux autres et que je le pense vraiment vraiment ^^

    Répondre
  2. fedora
    8 décembre 2015 at 12 h 21 min (2 années il y a)

    Le petit film de Dove m’avait beaucoup touchée… c’est vraiment mettre le doigt sur une violence terrible que l’on s’inflige à nous même…

    Répondre
  3. StepHh
    24 janvier 2016 at 18 h 30 min (1 année il y a)

    Je suis bien d’accord avec toi Claire : nous sommes notre pire ennemie et nous avons tendance à trop nous focaliser sur nos défauts (souvent imaginaires d’ailleurs). Donc oui, il faut apprendre à nous aimer et à nous auto-complimenter. Mais j’ajouterai que c’est quand même plus facile d’y arriver quand un proche (mari, ami, amie, famille) nous complimente régulièrement. Car à force de ne plus entendre de « tu es belle » (c’est un exemple mais ça fonctionne aussi avec « tu bosse bien » « tu es intelligente » « tu en es capable »…), on finit par l’oublier. Bisous la Miss.

    Répondre
    • emma
      6 juillet 2016 at 8 h 25 min (12 mois il y a)

      Oui surtout quand on a, comme moi, un copain qui nous dit qu’on a des cuisses bien rembourrées et qui se marre en le disant. Quand vous faites la tête, ils vous disent tous la même chose « mais je rigole, t’as pas d’humour » et moi au fond, le pire, c’est que je sais qu’il me trouve vraiment belle (même avec mes varices) sinon il ne resterait pas accroché à moi comme une moule à son rocher.

      Répondre
  4. emma
    6 juillet 2016 at 8 h 22 min (12 mois il y a)

    Bonjour,

    Oui tu as raison, mais moi j’ai des grappes de raisins déjà opérées (varices) à la place des jambes à 20 ans et bien pas facile d’aller au boulot en dénudant ses jambes. Ce que je veux dire c’est que c’est pas toujours qu’un problème d’estime de soi-même ou de « c’est juste dans notre tête », je me trouve très belle, mais je n’aime pas mes varices et je n’ai pas envie de montrer un truc aussi moche à tout le monde. Je ne trouve pas une belle robe longue style bohème chic (je suis grande 1m80), ce sera peut-être ton prochain défit, robe bohème chic longue, ce serait bien comme thème je trouve. Bises

    Répondre

1Pingback & Rétroliens sur Arrêter d’être son pire ennemi

  1. […] que tu as un gros cul. Mais jamais autant que toi tu te le répéteras. Je l’ai déjà dit ici, nous sommes notre pire […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *