L’amour pour tous

Ça fait un bail que mes fils connaissent la reproduction, savent que chaque mois, les femmes ont « leur sang », que c’est parce qu’il n’y aura pas de bébé ce mois-ci, comment on les fait, etc…

Mais ça fait moins d’un an que j’ai dû leur expliquer comment une femme faisait l’amour avec une autre femme et comment un homme faisait l’amour avec un autre homme (et là, ça a été fou rire, évidemment à cet âge là, dès qu’on parle des fesses, c’est l’hilarité).

La fameuse photo du baiser « lesbien » à Marseille a relancé le sujet à la maison. Car des personnes homosexuelles, ils en connaissent, et s’en moquent bien (que ce soit des gays, ils ne se moquent pas d’eux genre ahahahah, ein! ). Ils n’y pensent pas (encore heureux), mais à l’idée que ce ne soit pas un homme et une femme, ça leur faisait bizarre. Limite beurk…

Quand je leur ai expliqué en les nommant que certains amis qu’ils connaissaient étaient soit gay, soit bi, soit l’avaient été à un moment donné, car ils étaient tombés amoureux d’une personne et pas d’un sexe, ils ont je crois été rassurés. En gros, oui, être homo, ça ne nous changeait pas, on était une personne normale. (c’est bizarre parce que leur père et moi, on a toujours été hermétique à toute forme de ségrégation, donc ça me faisait brrr d’imaginer que mes mômes puissent faire preuve d’intolérance à ce niveau là).

En apprenant que les gays ne pouvaient pas se marier avec celui ou celle qu’ils aiment, ils ont été choqués. Oui parce que ok pour rigoler sur l’idée du zizi dans les fesses, mais empêcher les gens qui s’aiment de se marier s’ils en ont envie, alors là, ils disent non!!

Et penser que des personnes frappent, emprisonnent et même tuent d’autres personnes juste parce qu’ils sont homosexuels, ça les a carrément hérissés (Tomy voulait aller se bagarrer avec pour leur apprendre, uhm, y a encore du boulot sur la loi du talion….).

Mes enfants parlent, jouent, font des bises à des gays. Et ils ne sentent pas de différence.

Moi je ris, je bois, je mange, je danse avec des gays, hommes et femmes. Et je ne sens pas non plus de différence. Peut être simplement parce qu’ils ne sont pas différents. D’ailleurs, pourquoi parler d’eux en disant homo? Est ce que quand on me présente à une nouvelle personne, on croit bon d’ajouter « Elle est hétéro » ?

Si je vais dans ce sens, pourquoi ne pas préciser plus avant?

« Voilà Damien, il est hétéro, soumis et préfère le latex »… Hum, les présentations vont nous mettre à l’aise au café…

Est-ce notre sexualité qui nous représente et nous définit? Est-ce elle qui fait de nous ce que nous sommes, est-elle notre essence profonde? Ou juste un donnée personnelle, comme notre couleur de cheveux ? Et encore, notre couleur de cheveux, si elle nous déplaît, on peut en changer, notre préférence sexuelle peut varier, mais on ne peut décider de la changer.

Si on doit se faire opérer, doit-on préciser notre inclinaison sexuelle? Se voit-elle dans notre sang ou nos organes?

Non… C’est que probablement, ce n’est rien de plus qu’un détail.

Et qu’à l’arrivée, on est tous pareil, on naît tous pareil, on aime tous pareil…





Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires sur L’amour pour tous

  1. Yael
    1 novembre 2012 at 12 h 32 min (8 années il y a)

    « Et qu’à l’arrivée, on est tous pareil, on nait tous pareil, on aime tous pareil… » Cette dernière phrase m’interroge. Bien sûr qu’on est tous pareils, mais le regard que les autres portent sur nous n’a-t-il aucun poids sur ce que nous sommes ? Quand tu grandis en sachant que ce que tu es est une injure dans la cours de récré, grandis-tu de la même façon que quand cela ne te touche pas ? Aimes-tu de la même façon quand tu sais que tu risques de te faire tabasser rien que parce que tu tiens la main de la personne que tu aimes dans la rue ?
    J’ai déjà vu des gens critiquer la gay pride parce qu’ « il n’y a pas de fierté à être homo » et qu’ « il n’y a pas d’hetero pride ». Sauf que personne dans le monde n’a été mis à mort pour hétérosexualité. L’hétérosexualité n’empêche pas d’épouser la personne qu’on aime, de fonder une famille…
    La société est plus tolérante qu’autrefois mais pédé reste une injure et les débats qu’on entend en ce moment où l’homosexualité est parfois mis au même niveau que la pédophilie et l’inceste montrent bien qu’une partie de la société considère encore les homos comme des gens anormaux, voire dangereux. Je pense que les marches de fierté sont une des façons de répondre à cela. Une façon de dire : « même si on nous est, on ne se cachera pas, on n’a pas honte de ce que l’on est et même on est fier. »
    Je me demande si l’on se construit de la même façon quand on a dû se battre (de façon plus ou moins violente) juste pour être ce que l’on est. Cela ne rend pas fondamentalement différent des autres, mais j’ai quand même l’impression que ça a plus d’impact sur ce que l’on est que d’aimer la soumission et le latex.

    Répondre
    • Claire
      Claire
      1 novembre 2012 at 12 h 32 min (8 années il y a)

      Je suis d’accord Yael, mais ça ne change pas notre humanité, et c’est ce que je voulais faire passer dans cette phrase.
      Je trouve ça tellement triste de subir les injures (mais les gays ne sont pas les seuls à le vivre, les gros, les maigres, les roux, les moches, …, y ont droit aussi), et bien sur, risquer de se faire tabasser par des homophobes doit freiner nos élans amoureux. Mais justement, parce qu’à la base, nous sommes identiques, je tiens à éléver mes enfants dans l »idée que hétéro ou homo, nous sommes profondément les memes.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *