L’importance de bien choisir son échographie obstétricale

Ceux qui me connaissent un peu savent combien ce sujet me tient à cœur. J’en parle à chaque femme enceinte, tant il me semble primordial de choisir un bon centre, un vrai, et pas seulement celui qui fera les beaux clichés, qui sera à proximité ou encore, dont dépend son gynécologue.

J’avais déjà écrit un article sur le diagnostique prénatal , mais je tiens à faire une piqûre de rappel concernant les échos.
Il y a quelques jours, une femme a perdu son bébé. Pas durant la grossesse, non, après sa naissance. à quelques jours de vie. Il était complètement ravagé de malformations, à divers endroits du corps (organes, membres…). Comment de si nombreuses anomalies ont-elles pu rester invisibles malgré les échographies?
Je ne sais l’option qu’elle aurait choisi, peut-être aurait-elle tout de même voulu l’accompagner jusqu’au bout, ce que font certains parents (que j’admire particulièrement face à ce choix terrible). Mais au moins, elle aurait eu ce choix, elle aurait pu se préparer à l’inévitable.
Je ne peux certifier que toutes ces malformations (et il y en avait une pléiade) étaient toutes visibles. Mais elle faisait ses échographies chez son gynécologue.
Même si pour les parents, cette rencontre avec leur bébé est un moment de joie, de surprise et d’émotion, cela reste avant tout un examen, qui doit être pratiqué par un praticien spécialisé en échographie obstétricale. Il ne cherchera pas les belles images pour enchanter les parents, il sera bien souvent plus concentré sur ses mesures que sur le fait de vous informer (pas très agréable, j’en conviens).
Cette spécialité est vraiment indispensable pour restreindre le plus possible le risque de passer à coté de malformations, tout en gardant à l’esprit que le diagnostique prénatal ne pourra jamais dépister 100% des anomalies (on considère que le taux de dépistage global par échographie des malformations fœtales est de l’ordre de 60 % si pratiquée par un spécialiste).

Chaque année en France, pour 800 000 grossesses, 2,7 millions d’échographies fœtales (de dépistage et de diagnostic) sont réalisées dont 800 000 dans le secteur libéral. Par qui? Les sages-femmes, pour une petite part d’entre elles, et trois catégories de médecins : les obstétriciens (à l’origine de 2 % des examens), les radiologues (34 %) et les généralistes (13 %), l’échographie fœtale étant pour ces derniers un mode d’exercice exclusif. Impossibles à identifier parce que n’ayant pas d’étiquette spécifique pour cette pratique, les échographistes fœtaux sont difficiles à compter. Ils seraient quelques milliers, 500 auraient un exercice exclusif. C’est affreusement peu, il faut bien l’avouer. Mais on en trouve, en faisant jouer le réseau, en appelant…

Tout comme nous allons voir un cardiologue pour un soucis cardiaque, allons voir un échographiste obstétrical pour nos échographies de grossesse.

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

10 Commentaires sur L’importance de bien choisir son échographie obstétricale

  1. Tam
    10 décembre 2009 at 3 h 29 min (9 années il y a)

    Bonjour Claire et merci pour cet article… Parles tu d’une echo en particulier, celle des 22 semaines dite echo morpho, ou s’agit-il d’un ensemble? Bravo encore pour toutes tes actions, et a tres vite! Des bises.

    Répondre
  2. Isa/Bestiol2
    10 décembre 2009 at 7 h 07 min (9 années il y a)

    étant partie sur la voie de l’accouchement à domicile, s’il y a bien des examens que je prenais au sérieux c’était les échographies! encore plus après une expérience de fausse couche…même si ces « rencontres » sont des moments d’émotions, en effet je n’ai jamais vraiment réussi à me détendre: pour moi au delà de la rencontre il y a la détection éventuelle d’un problème…
    il était donc primordial pour moi d’avoir affaire à un spécialiste (merci à ma SF d’avoir ce contact dans ses adresses!) d’autant que n’étant pas suivi en milieu hospitalier, les 3 échos trimestrielles sont les seules que j’ai faites!
    Je passais donc les examens à serrer les fesses, à épier le moindre mouvement de sourcils, plissement d’œil du médecin…mais quand je sortais j’étais déjà beaucoup plus rassurée quand entrant dans son cabinet! même si je gardais à l’esprit que, comme tu le dis si bien, on n’est jamais sure de tout voir…merci pour cet article qui rappelle une fois de plus combien il est important de s’informer, d’aller chercher plus loin que la facilité (le plus proche de chez soi ou son gynéco…) et d’exiger le meilleur même si on nous dit « qu’avec l’écho, c’est fiable à 100% »…

    Répondre
  3. Casse-bonbec
    2 janvier 2010 at 11 h 40 min (9 années il y a)

    Bonne année, Claire ! j’espère que 2010 sera pleine de bonheurs familiaux, de santé et de succès professionnels.

    Bisous

    Répondre
  4. Lyllou
    26 avril 2010 at 1 h 44 min (9 années il y a)

    Très intéressant cet article et en fait tout ton blog, bravo et longue vie à ton blog

    Répondre
  5. Lyjazz
    30 juin 2010 at 7 h 27 min (8 années il y a)

    A l’inverse, une amie s’est entendue dire après sa première écho que son bb n’était pas viable. L’échographe était radiologue dans une clinique et l’a fait revenir la semaine suivante pour lui donner le même verdict. En suivant il l’a envoyé à l’hôpital pour une IMG.
    Mon amie avait fait une fausse couche l’année précédente.
    Elle était catastrophée.
    A l’hôpital la secrétaire lui a donné un rdv rapide avec une obstétricienne. Et son verdict a été très rapide aussi : il va très bien votre bb, il se développe normalement. Revenez dans 2 mois pour l’écho morpho.
    Elle a mis 3 mois à investir cette grossesse, après avoir passé plus d’un mois à se préparer à l’idée de donner naissance à un enfant différent.
    Sauf qu’une amie sage femme lui a dit que malheureusement cela arrive très souvent… que lors de l’autopsie après IMG, on ne trouve aucune trace de ce qui a motivé cet acte. :-(((
    Mon amie ne veut plus aucune écho avant la naissance. Elle est allée faire l’écho morpho pour parler avec l’obstétricienne, c’est tout.
    Il y a donc, pour moi, beaucoup trop d’échographes qui veulent aussi jouer la carte du parent : celui qui exige un enfant parfait grâce à la technique.
    Je crois aussi qu’on investit trop cette technique. A quoi ça sert de savoir tout ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *