Deuil Périnatal: le témoignage de Christine

Comme chaque semaine à présent, voici un nouveau témoignage sur la douleur du deuil périnatal.

J’en profite pour remercier les femmes qui témoignent de cette souffrance et qui m’accordent leur confiance pour relayer leur parole et inviter celles qui le souhaitent à venir témoigner à leur tour.

Christine a vécu une interruption médicale de grossesse (IMG) pour des jumeaux à 6 mois de grossesse. Voici la lettre qu’elle leur a écrit…

Mes fils, mes amours,

C’était en 2006…
Nous voulions un deuxième enfant et vous nous faisiez la surprise d’être deux…pour notre plus grand bonheur.

Vous êtes partis trop tôt, un 12 octobre, trop tôt pour que j’ai le temps de vous dire que votre papa, votre grande soeur et moi nous vous aimons. J’aurais tant aimé que vous veniez rejoindre notre petite famille dont les habitudes auraient été si joyeusement bouleversées. Mais vous ferez partie à tout jamais de nos vies et de nos coeurs.
Nous n’avons malheureusement pas eu le temps de faire connaissance, du moins, pas autant que nous l’aurions souhaité.J’espère que vous avez trouvé la haut la paix, la sérénité, l’amour…Votre absence me manque cruellement, alors quand vous me manquez trop, je vous parle ainsi qu’à ma grand mère, Marie, et à mon papa Michel, à qui je demande de veiller sur vous …
C’est très curieux, je leur demande de veiller sur vous et au fond de mon cœur, je sens que c’est vous qui veillez sur nous, votre papa, votre grande sœur et moi. Le souvenir de votre visage, de votre odeur, de vos mouvements in utéro me poussent en avant et quand je me sens trop seule, je prends dans mes mains la médaille avec ses deux cœurs que je me suis achetée en pensant à vous.

Cela fait 2 ans que vous êtes partis mes fils, mes anges, mes amours…et je souffre toujours autant de votre absence..On me dit que la douleur s’atténuera, mais pour le moment elle est toujours là et ne me quitte pas et je ne suis pas sure que cela finira par passer….

Vous me manquez, il n’est pas un jour sans que je ne pense à vous..

On me dit aussi que j’ai la chance d’avoir 2 adorables petites filles, oui, elles sont là mais n’effacent en rien la douleur de votre absence car elles ne vous remplacent pas et ne vous remplaceront jamais….
On me dit qu’il faut se tourner vers l’avenir, oui sans doute, mais comment construit on un avenir serein, fort et solide quand le passé est si fragile…
Je suis heureuse avec vos sœurs et votre papa mais détruite à jamais parce que vous n’êtes pas là..
On me dit de ne pas penser à ce qu’aurait pu être mon avenir avec vous, mais comment ne pas y penser alors que nous avions fait tant de projets avec et pour vous…
Mon regard ne parvient toujours pas à ne pas se troubler lorsque je croise des jumeaux, mon cœur se serrer…

Plus rien ne sera jamais comme avant, ce sentiment d’injustice, de culpabilité et de responsabilité trop lourde à porter me poursuit, même si je sais que nous avons fait ce geste aussi par amour pour vous….Je suis sure que nous avons fait « le bon choix »…enfin, je crois…j’espère…

On ne comprend pas que je vous pleure encore alors que depuis votre départ, une petite sœur est arrivée..Elle aura d’ailleurs 9 mois le même jours que vos 2 ans…Hasard des dates, je ne sais pas…Elle est née le 12/01 alors que vous êtes partis un 12/10…juste une inversion de date.. Vous auriez dû naître un 15 février, elle aurait dû naître un 14 février si elle ne nous avait pas rejoins prématurément.
On me dit que la vie est ainsi faite et que je n’ai pas le droit d’être malheureuse parce que vos sœurs sont là, que d’autres n’ont pas la chance d’avoir des enfants…oui mais le malheur des autres n’enlève rien à ma tristesse bien au contraire…il ne faut pas tout mélanger et ce n’est pas parce que d’autres sont malheureux que je devrais être plus heureuse…

Je pleure encore et toujours et je pleure en écrivant ces mots…
Je vous embrasse mes amours, votre place au fond de mon coeur est toujours bien présente..Vous êtes mon passé, mon histoire, mon futur, ma faiblesse et ma force…
Je vous aime tant et je voulais vous dire merci, merci de nous avoir choisi comme parents mes fils, mes amours….

Christine





Rendez-vous sur Hellocoton !

20 Commentaires sur Deuil Périnatal: le témoignage de Christine

  1. Nansou
    5 février 2009 at 2 h 12 min (9 années il y a)

    J’envoie des pensées à tes deux petits anges Christine… Merci d’avoir partagé ton chagrin avec nous.

    Répondre
  2. ka fée
    5 février 2009 at 6 h 36 min (9 années il y a)

    Gros bisous Christine

    Répondre
  3. jason
    5 février 2009 at 9 h 30 min (9 années il y a)

    Je comprends ta douleur… Moi cela fait 17 ans. Il n’y a que les larmes qui saténues mais pas le chagrin. la cigale enchantée

    Répondre
  4. Christine
    5 février 2009 at 9 h 32 min (9 années il y a)

    Merci à vous et merci à Claire pour cette initiative… Gros bisous

    Répondre
  5. senga
    6 février 2009 at 8 h 56 min (9 années il y a)

    Beaucoup d’émotion à lire tes mots…

    Répondre
  6. Funky BathrOOm!
    6 février 2009 at 11 h 45 min (9 années il y a)

    je suis très émue aussi par votre histoire… j’espère qu’un jour votre douleur s’étténuera

    Répondre
  7. bluetansy
    7 février 2009 at 4 h 19 min (9 années il y a)

    Un gros câlin à toi christine…en espérant te le faire un jour en réel…

    Répondre
  8. Christine
    7 février 2009 at 6 h 36 min (9 années il y a)

    merci Blue..moi aussi, je l’espère un jour..

    Répondre
  9. Casse-bonbec
    8 février 2009 at 5 h 57 min (9 années il y a)

    Mais si, tu as le droit d’être malheureuse, Christine… de ne pas connaître tes petits garçons, de ne pas savoir quels caractères ils devaient avoir, à qui ils allaient ressembler, quelle vie ils allaient mener. Ces questions me taraudent aussi bien souvent, je te comprends. Tu aimes tes filles, mais tu es aussi maman de ces 2 garçons, aucun de ces 4 enfants n’enlève quoi que ce soit aux autres. bisous

    Répondre
  10. Isa/bestiol2
    11 février 2009 at 2 h 52 min (9 années il y a)

    J’imagine combien c’est dur de partager ça avec nous, merci d’avoir eu ce courage!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *